Sélectionner une page

HYPNOSE et AUTO-HYPNOSE (autohypnose)

Définition de l’hypnose

Le terme « hypnose » vient du mot grec « hupnoein » qui signifie « endormir » et qui désigne un état modifié de conscience, également appelé « transe », quise distingue de celui produit par la relaxation ou la méditation.

Cet état peut être léger ou profond mais commence toujours par une phase hypnagogique et termine toujours par une autre hypnopompique.

Cet état est naturel et peut être expérimenté chaque jour : quand on lit un roman qui nous fait nous évader, quand on contempleattentivement un feu ou le mouvement des vagues, ou même quand on regarde un film qui nous transporte. En d’autres termes, c’est unétat de rêverie où la conscience est réduite et où les choses sont perçues avec un certain flou.

Le Phosphénisme est donc tout l’inverse de cette pratique puisque, grâce à ses techniques et au Mixage phosphénique, on est beaucoup plus lucide, conscient et éveillé que d’habitude.

Le monde de l’hypnose ou de l’auto-hypnose

L’hypnose est l’univers de l’inconscient.

Pourtant, s’il peut paraître mystérieux et énigmatique pour certains, sujet à rire pour ceux qui font de l’hypnose de spectacle, l’hypnose est aujourd’hui d’un grand intérêt lorsqu’il est mis au service de la santé.

Toutefois il ne faut pas oublier que l’hypnose est aujourd’hui sujette à des mélanges de genre qui frisent le ridicule. Ainsi lorsqu’elle est affublée des qualitatifs « quantique », « régressive », « spirituelle », etc. elle n’a pas d’autre objet que faire croire aux gens qu’ils vont atteindre un état de conscience supérieur alors qu’en fait ils ne font que répondre aux inductions faites par le manipulateur (hypnotiseur) pour établir des scénarios sensoriels qui ne sont que le fruit de leur imagination que celui-ci a su activer.

En effet, si vous demandez à une personne, que voyez-vous, il va s’obliger à voir quelque chose. Dès lors, son inconscient va lui fournir un scénario qui satisfait cette injonction implicite. Et il suffit alors d’interpréter la scène en disant qu’il s’agit d’une vie antérieure pour faire croire à la personne à la réincarnation et flatter son ego afin qu’elle revienne faire des séances pour retrouver de nouvelles vies antérieures ; processus qui n’aura jamais de fin puisque l’imagination, à force d’être sollicitée, crée sans cesse de nouveau scénarios.

Les bienfaits de l’hypnose

Puisque l’hypnose permet de travailler sur l’inconscient et d’agir sur une partie du cerveau à laquelle nous n’avons pas accès normalement, la personne peut se confronter plus facilement à ses problèmes et modifier ses comportements.

Ainsi, l’hypnose semble être efficace dans de nombreuses problématiques : pour lutter contre la douleur, soigner le stress, se libérer de certaines phobies, de dépendances ou de mauvaises habitudes (comme le tabac, l’alcool, …), pour traiter le syndrome du côlon irritable, la perte de poids, pour améliorer la qualité du sommeil, pour préparer à l’accouchement, etc. ….

Auto-Hypnose

Ceci dit, une personne peut ne pas avoir recours à un hypno-thérapeute et créer elle-même une hypnose spontanée. On parle alors d’auto-hypnose.L’auto-hypnose, comme son nom l’indique, consiste donc à pratiquer l’hypnose sur soi-même, sans être aidé ou guidé par une autre personne.

Comme l’hypnose, l’auto-hypnose est un moyen efficace d’interpeller son inconscience et traiter divers problèmes de la vie quotidienne afin de se donner la possibilité de s’épanouir surtout si on est sujet au stress, à l’angoisse ou à l’anxiété, ou quand on a une phobie insurmontable, des troubles de sommeil ou un gros manque de confiance en soi.

Pour les personnes qui ont peur que le praticien les manipule à leur insu ou de tomber sur un charlatan, l’auto-hypnose semble être la meilleure solution. Avec cette pratique, les peurs se dissipentfacilement puisque la personne estson propre hypno-thérapeute. Elle envoiedes messages positifs à son inconscient ; ce qui l’aide à se sentir mieux et à surmonter les obstacles de la vie.

Néanmoins, si l’hypnose et l’auto-hypnose ont tout leur intérêt sur le plan thérapeutique, elles n’en ont aucun sur le plan initiatique. Car alors qu’elles consistent à modifier la conscience de l’individu pour la réduire, les techniques initiatiques phosphéniques visent à modifier la conscience de l’individu pour l’élargir.

Le cadre thérapeutique del’auto-hypnose

Pour parvenir aux mêmes résultats qu’avec un hypno-thérapeute, il est recommandé aux personnes de mettre en place une forme de rituel qui aura la même influence que l’hypno-thérapeute sur son état d’esprit. Cela peut passer par de la musique, un parfum d’ambiance, une lumière tamisée, etc. … et ce, afin d’éviter toute sorte de perturbations tels que les appels téléphoniques, les bruits parasites ou les discussions dérangeantes. Dès lors, il s’agira de placer le corps dans une position confortable, assise ou allongée, afin de faciliter la détente musculaire et mentale.

L’histoire de l’Hypnose

Il semblerait que cette discipline ait fait son apparition bien avant le 18ème siècle, période à laquelle elle prit clairement cette dénomination. En effet, certaines découvertes récentes montrent des tablettes sumériennes qui dateraient de 4000ans avant J.C., décrivant déjà des méthodes d’hypnose. De même qu’on en retrouve d’autres traces dans des manuscrits égyptiens qui dateraient de 3000 ans avant J.C.

Et puis les grecs auraient eux aussi pratiqué des techniques de transe hypnotique avec la médecine par les songes ou les chants homériques qui étaient utilisés pour calmer la douleur des blessés de guerre.

Cependant, c’est en 1778 que la technique de l’hypnose s’est vraiment développée, grâce aux travaux du médecin viennois Franz Anton Mesmer sur le « magnétisme animal ». Et c’est également à cette époque que le « sommeil magnétique » fut utilisé pour la 1ère fois comme anesthésie lors d’une intervention chirurgicale pratiquée par le Dr. John Elliotson.

Mais c’est sans conteste le Dr.Milton Hyland Erickson, célèbre psychiatre américain, qui marqua un tournant décisif dans l’histoire de l’hypnose. En effet, grâce à ses recherches et ses découvertes, l’hypnose fut enseignée dans de nombreuses universités internationales.C’est pourquoi, ilest aujourd’hui considéré comme le père de l’hypno-thérapie moderne. D’ailleurs, au-delà des nombreuses formations en hypnose ericksonienne qui existent à l’heure actuelle, ses travaux ont permis à d’autres disciplines d’émerger, telles que la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) de Richard bandler et John GRINDER, dans les années 1970.

Exemple de pratique d’hypnose

 

 

L’hypnothérapeute, durant la première séance (première consultation), commence tout d’abord par récolter les informations nécessaires à l’identification du trouble afin de pouvoir adapter sa technique et ses suggestions au patient et en même temps le mener à créer un sentiment de familiarité avec l’environnement ce qui facilitera son endormissement.

 Ensuite, lors de l’hypnose, il amène la personne à se relaxer en lui demandant de façon répétitive de détendre complètement les muscles de son corps ou se focaliser sur un objet.

 Une fois que le patient est dans la phase d’hyper-disponibilité à tout ce qui est perceptif, le thérapeute l’aide à retrouver un terrain sécurisé où il se sent bien afin de pouvoir s’endormir et commence à proposer des pensées positives ou des sensations de bien-être.

 À la fin de la séance d’hypnose, l’hypno-thérapeute fait un compte à rebours pour faire revenir le patient à son état de conscience et lui demande d’ouvrir les yeux et de s’étirer. Il fait ensuite un échange avec lui pour lui permettre de raconter ce qu’il a ressenti et même de trouver d’autres suggestions pour la prochaine fois.

 Pour résumer, l’hypnose est un état modifié de conscience qu’on peut même appeler un état de sommeil partiel.

 

Visitez le site officiel du Phosphénisme

et recevez GRATUITEMENT :

1 Kit Découverte
(pour comprendre la pratique du Phosphénisme)

+

1 Cours en 10 Leçons


(pour apprendre à transformer l’énergie lumineuse en énergie mentale
et trouver rapidement une solution à chacun de vos problèmes.

+

De nombreux conseils pratiques

VOCABULAIRE de l’hypnotiseur

Suggestion et auto-suggestion : La suggestion est le fait de proposer à une personne une autre manièrede faire, dire, ressentir ou penser. Cela reste donc une forme légère d’influence.

Quant à l’auto-suggestion, c’est par conséquent le fait de s’influencer soi-même, notamment en se répétant des phrases positives, comme c’est le cas dans la Méthode d’Émile Coué. L’inconvénient de telles pratiques est qu’à force d’en faire, cela joue sur la suggestibilité de l’individu. Ainsi, la personne qui pratique l’hypnose et/ou l’auto-hypnose devient de plus en plus suggestible, influençable et manipulable.

 

C’est donc là encore tout le contraire du Phosphénisme qui vise à renforcer le caractère de l’individu, à tel point qu’il devient de moins en moins suggestible, influençable et manipulable.

Persuasion et auto-persuasion : La persuasion est le fait d’imposer à une personne une autre manière de faire, dire, ressentir ou penser. C’est, pour le coup, une forme lourde d’influence qui, même si elle ne peut pas obliger l’individu à agir à l’encontre de ces valeurs morales profondes, peuvent l’amener à agir contre sa volonté. Il convient donc de s’en méfier.

Quant à l’auto-persuasion, c’est une méthode que beaucoup de gens utilisent sans s’en rendre compte pour s’obliger à agir dans un sens contraire au sens dans lequel ils agissent actuellement et qui ne leur plait plus. Néanmoins, la violence du procédé le fait parfois rentrer en conflit avec son inconscient ; ce qui crée parfois plus de mal que de bien.

Sophrologie : Le mot”sophrologie” est issu des racines grecques : “-sos”(harmonie),”-phren”(conscience) et”-logos”(étude de), qui veut dire : « Étude de la conscience en équilibre ». En d’autres termes, c’est une pratique qui vise à améliorer la qualité de vie des individus et à développer leur bien-êtreen utilisant des techniques de relaxation.

 

La sophrologie a été fondée dans les années 60 par le neuropsychiatre « Alfonso Caycedo » qui utilisait l’hypnose mais qui trouvait qu’elle pouvait susciter la méfiance des patients à cause de la mauvaise réputation liée au spectacle et aux cas de manipulation dont elle souffrait.Il lui reprochait aussi la passivité du patient qui “abandonnait” son “pouvoir sur lui-même” à un professionnel. Il créa alors la sophrologie qui vise à pousser la personne à travailler sur ses propres valeurs et à mieux se connaître.

 

 

L’idée de la sophrologie est donc de proposer aux personnes des moyens d’accéder à un état modifié de conscience permettant une auto-modification en toute conscience.

La différence, donc, entre la sophrologie et l’hypnose est que cette dernière s’adresse directement à l’inconscience (le sujet est passif) alors que la sophrologie s’adresse à la conscience du patient qui active volontairement les décisions proposées par le praticien (le sujet participe à son propre changement).

Une séance de sophrologie se pratique oralement, c’est un ensemble de méditations corporelles incluant une maitrise de la respiration, un relâchement musculaire et une vision plus positive du quotidien.

En plus de ses qualités thérapeutiques, la sophrologie est un véritable art de vivre. C’est une méthode simple qui convient à tous les âges pour se détendre et prendre la vie avec plus de sérénité.

Que ce soit chez les enfants ou chez les adultes, elle est très bénéfique pour diminuerle stress dû au quotidien, les palpitations cardiaques, les douleurs articulaires etmusculaires, notamment dans les problèmes de dos.

 

Et puis, elle peut aider les femmes enceintes à se préparer à l’accouchement en réduisant leurs douleurs et leur stress, de même que pour les sportifs et les artistes dans le cadre de leurs activités respectives.

La sophrologie peut se pratiquer en groupe ou en individuel selon la préférence de chacun et, tout comme l’hypnose, la séance débute avec un temps de dialogue entre le patient et le sophrologue ; cequi permettra à ce dernier de déterminer l’état mental et physique du premier,de définir les objectifs de la séance et de lui expliquer son déroulement.

Cet échange débouche sur desexercices de relaxation dynamiquese basant sur un travail de respiration dont le but principal est de relâcher doucement les tensions corporelles. Cette étape est suivie par une phase de relaxation statique durant laquelle le sophrologue emmène le client dans un état de conscience entre la veille et le sommeil.

Parvenant à la phase de relaxation profonde, le sophrologue aide le participant à visualiser des images positives afin de décupler les bienfaits de la relaxation tout en augmentant son niveau de conscience.

Enfin, la séance s’achève par un petit entretien qui permet à la fois au « sophronisé » d’exprimer son ressenti vécu au cours de la séance et au praticien de lui donnerdes consignes pour qu‘il puisse répéter l’entraînement chez lui.

SOPHROLOGIE ET MIXAGE PHOSPHENIQUE

Ainsi, au contraire de l’hypnose, la sophrologie se combine très bien avec le Mixage phosphénique car, d’une part, elle parle au conscient plutôt qu’à l’inconscient et, d’autre part, en faisant un phosphène dès la fin de l’entretien préliminaire la personne arrivera à une détente beaucoup plus profonde et à une concentration plus forte sur l’objectif à atteindre.

Faites l’expérience suivante :

Fixez une ampoule à phosphène pendant une trentaine de secondes. Fermez les yeux et mettez un bandeau afin de bien occulter toute lumière environnante.

Commencez par faire plusieurs lentes et longues respirations. Puis scannez chaque partie de votre corps pour vous rendre compte de votre état de tension. Faites aussi attention à votre état émotionnel et au rythme de vos pensées.

Ensuite, regardez le phosphène et projetez-y votre imagination, comme si vous étiez au cinéma. Vous vous imaginez dans un endroit calme et reposant selon le scénario qui vous donnerait le plus envie pour vous relaxer.

Une fois que vous visualisez bien la scène, essayez de ressentir ce qui se passe comme si vous y étiez.

  • Que voyez-vous ?
  • Qu’entendez-vous ?
  • Que ressentez-vous ?
  • Que goûtez-vous ?
  • Que sentez-vous ?

 

À la fin de cet exercice que vous pouvez laisser durer aussi longtemps que vous le souhaitez, refaites un scan corporel pour prendre conscience de votre état de tension, votre état émotionnel et du rythme de vos pensées.

Vous constaterez que vous êtes dans un état de paix intérieure comme jamais vous ne l’avez été.

Pourquoi ? Parce que le phosphène amplifie le travail sophrologique.